Notre équipe
En quelques mots

Une transmission des savoir-faire depuis 1992


Depuis plus de 25 ans, notre association « Un Village Un Moulin » , s’emploie au travers d’animations à demeurer l’emblème dynamique du village. Il s’agit pour nous en priorité de perpétuer et de transmettre autour de cette noble et originale histoire de la meunerie, des valeurs de passion, d’ingéniosité, de partage et de bon sens, et ce sur 3 sujets de société primordiaux : nourriture, environnement et énergie.

200

Ans d'histoire


30

Ans d'ouverture au public


40

Bénévoles


2

Salariés


Un peu d'Histoire


Construit en 1822, le moulin de l’Epinay (de taille beaucoup plus petite qu’aujourd’hui) disposait d’un système de voilure en toile.

Le meunier tel un marin sur son voilier devait à chaque fois qu’il faisait fonctionner son moulin, d’abord déployer les voiles en grimpant sur les ailes ! C’était une tâche nécessitant beaucoup d’efforts, de temps et de prise de risques.


Après la Révolution Française, on dresse le constat d’une mauvaise productivité des moulins français.
Un ancien charron, Monsieur Pierre Théophile BERTON, appelé à travailler sur les moulins, met au point un système d’ailes à portance réglable. Il invente un système de planchettes en pin d’Oregon, orientables depuis l’intérieur du moulin grâce à un système de biellettes.
BERTON dépose un brevet en 1841 et vient s’installer en Anjou en 1852.
Grâce à cette invention, le meunier peut désormais augmenter ou réduire la surface de sa voilure, selon la force du vent, simplement à l’aide de cordes depuis l'intérieur de son moulin !


En 1860, le meunier de l’Epinay voulant améliorer sa capacité de production, suréleva son moulin de deux étages, pour atteindre finalement ses 19 mètre de haut, et fit installer ce système BERTON pour une meilleure prise au vent.

En 1928, le Moulin de l'Epinay s'équipe d'une invention anglaise très rare en France, le "Papillon".
Cette nouveauté permet la mise au vent automatique des ailes, sans l'aide d'ânes, de guivre ou encore de moteur pour faire tourner le toit. Avec son diamètre de 3 mètres et ses 6 pales, cette « petite roue », placée sur le toit permet de faire pivoter celui-ci au gré du vent lorsqu’il change de direction.